apartamento 28

Couverture du magazine

J’écris rarement à propos des magazines que j’achète mais je devrais le faire plus souvent. J’espère qu’en partageant ici les choses intéressantes que je lis cela aidera au moins une personne qui fait une recherche sur Internet pour en apprendre plus. Ce modeste blog aura alors rempli ma mission.

Apartamento fait partie des mes lectures préférées. Le magazine a seulement deux numéros par an mais ils sont conséquents (380 pages pour le dernier et il y a peu de publicité). La rédaction est basée à Barcelone avec des bureaux à New York et Berlin.

Son principe est assez simple: le périodique est fait d’entretiens avec des artistes chez eux ou dans leur atelier. Toutes les formes d’art sont représentées mais il y a peut-être une plus grande présence d’architectes, peintres et photographes.

Je trouve dans sa lecture plusieurs choses. D’une part chaque entretien est assez long. S’il est vrai qu’on peut aimer un artiste sans forcément trouver son discours intéressant, la plupart des interviewers sont déjà proches de l’artiste, cela aide à éviter les platitudes.

D’autre part, j’aime les photos des maisons et studios qui illustrent les articles. Elles ne sont pas comme dans la plupart des autres magazines où tout est propre, bien rangé et où, en levant les yeux pour regarder chez soi, on a l’impression de vivre dans un taudis (surtout quand on a un animal qui laisse des poils partout). Bien sûr j’imagine que les gens font un peu attention mais elles me donnent l’impression de voir l’intérieur de vrais humains et pas la énième villa avec des murs blancs aussi chaleureux qu’un bloc opératoire ou des cuisines où personne ne mange.

Enfin sa lecture me permet de combler un manque. Je n’ai pas été beaucoup confronté à l’art. Le magazine me permet de découvrir des artistes peut-être connus mais dont je n’ai pas forcément entendu parler. Comme pour les livres, je prends des notes et je visite après le site internet ou sa fiche Wikipedia et parfois je vais suivre son travail dans le temps.

Voici quelques photos du dernier numéro qui, encore une fois, n’a pas déçu.

Niki de Saint-Phalle - sculptrice (interview de sa petite-fille Bloum Cardenas)

Paa Joe - Artisan artiste de cercueils dans la banlieue d’Accra au Ghana

Fritz Haeg - Architecte qui gère une lieu de retraite en Californie (Salmon Creek Farm)

Roman Uranjek - artiste slovaque

Nathalie de Saint-Phalle - journaliste qui vit à Naples dans un vieux palace dont elle loue deux chambres

billet publié dans les rubriques readings le