Festins secrets - Pierre Jourde

Lecteur du Monde (normal pour un jeune cadre « bobo » diraient certains de mes futurs ex-collègues de mon bientôt futur ex-employeur, une ex-grande entreprise publique de télécommunications), je ne m’intéresse pas beaucoup à ses suppléments (j’ai la faiblesse de croire qu’on ne peut pas être bon partout et à l’heure d’Internet, les journaux généralistes sont de plus en plus ennuyeux). Je n’ai donc pas pu suivre les rebondissements d’un précédent livre de Pierre Jourde sur la critique littéraire actuelle, je ne connaissais tout bonnement pas l’auteur.

Si vous vous préparez à embrasser une carrière d’enseignant, n’ouvrez pas Festins secrets ! Pierre Jourde s’attaque méchamment au mammouth. Nous suivons Gilles Saurat, fraîchement diplômé du « Système » et affecté dans une ville imaginaire en province. Il y a de l’imaginaire dans ce romain mais la bêtise, la méchanceté des élèves de Saurat est bien réelle. On savait que certains collèges étaient le Vietnam pour les enseignants mais là, il ne leur faut pas longtemps pour déstabiliser le jeune idéaliste. En toile de fond de cette début de carrière désastreux Gilles fréquentant la bourgeoisie locale qui est loin d’être aussi ennuyeuse (sexuellement parlant) qu’on pourrait l’imaginer et le passé le rattrape assez vite. Il y a beaucoup de secrets dérangeant à Logres et peu de réponses. Gilles ne trouve pas d’allié dans cette descente aux enfers. En dehors des personnages très fins, très mystérieux de Pierre Jourde il y a un bon humour qui allège l’ambiance très « Twin Peaks » dans Festins secrets.

Billet publié dans les rubriques Lecture le