Horns: a novel – Joe Hill

couverture du livre

Joe Hill est un jeune écrivain (en-dessous de 40 ans on est jeune comme le confirme la sélection du New Yorker) et Horns est son dernier roman. Il me fait beaucoup penser à Stephen King et je viens de voir qu’il habite aussi Bangor dans l’État du Maine aux USA et que c’est son fils :) On y retrouve cette espèce d’humour noir, second degré, où l’horreur peut côtoyer le burlesque.

Ig, le héros malgré lui du livre, se réveille avec des cornes. On sait qu’il a perdu sa fiancée, tuée et violée, il y a un an et que dans une petite ville comme Gideon on a beau avoir été innocenté on en reste pas moins  coupable dans la tête des gens. Ces cornes lui offrent pas mal de pouvoirs et va s’en suivre une série de découvertes. Mais là où les cornes est un symbole du mal, de Satan, la quête de Ig est loin d’être maléfique bien que violente. La série de flashbacks qui décrit la relation d’Ig et Merrin est très bien écrite et Horns est ainsi aussi un roman sur une histoire d’amour et son deuil.

On peut voir sur cette page quelques citations choisies des lecteurs du livre, une de mes préférées : “The best way to get even with anyone is to put them in the rearview mirror on your way to something better.

billet publié dans les rubriques readings le