In Cold Blood – Truman Capote

couverture du livre

Un classique de la littérature américaine, In Cold Blood, qui est aussi un des plus connus des livres du “New Jounalism”, courant qui utilise des techniques littéraires pour reporter de l’actualité.  J’ai l’impression de retrouver cette inspiration encore aujourd’hui dans les articles du New York times Magazine ou de Vanity Fair par exemple. L’œuvre a aussi connu une certaine publicité suite au film Capote de Bennett Miler.

Bien sûr il n’y aucun suspens dans sa lecture étant donné la certitude de l’issue, j’ai donc regardé le film en parallèle de ma lecture. Le film raconte la vie de Truman Capote durant ces années. Depuis la lecture de l’entre-filet dans le NYT sur le meurtre des 4 membres d’une famille dans le Kansas jusqu’à l’exécution 5 ans après leur arrestation.  Et je crois que c’est la meilleure façon de lire ce livre. Le film révèle ce qu’on sent au fil des pages : Capote a connu tous les détails de l’affaire, beaucoup plus qu’un reporter classique. On voit la tension entre sa présence amicale au près d’un des meurtrier et son ambition littéraire de finir ce livre, et la fin ne peut être que la peine de mort.

Même à l’époque ce crime n’est pas si inédit, affiche du film Capote le statut de la famille dans cette petite ville, une famille très aimée et sans histoire, lance un vent de panique. Capote arrive bien à retranscrire ce mélange de bon sens campagnard mais qui cède à la panique quand on arrive pas trouver un responsable “rationnel” : un voisin jaloux, un petit ami délaissé etc.

Je ne suis pas sûr que ce livre puisse être rangé avec les autres plaidoyers contre la peine de mort bien que certaine pratiques judiciaires soient dénoncées. Non il raconte de façon convaincante l’absurdité de certains actes dans une société prospère.

billet publié dans les rubriques readings le