In What Strength It Remains –Tracy Kidder

strenghtSi on a beaucoup entendu parler du génocide au Rwanda, celui du Burundi qui le précède de quelque mois est presque passé inaperçu en France. Je ne reviendrai pas sur le rôle des militaires français et surtout des politiques de l’époque dont le président François Mitterrand. Le livre en français de Patrick de Saint-Exupéry que j’ai lu il y a quelques années décrit très bien notre cadavre collectif dans le placard.

Le livre de Tracy Kidder aborde l’histoire d’un survivant, Deogratias (Deo) Niyizonkiza. Celui-ci arrive à New York en 1993 avec 200$ en poche après avoir survécu non pas à un génocide mais à deux. Je ne raconterai pas en détails les différentes étapes de son parcours mais ce livre est très bien construit. Alternant les rencontres heureuses ou non de Deo dans une des villes les plus violentes (surtout dans le début des années 90) avec sa vie antérieure dans un pays pauvre aux proies de la guerre civile. Deo a eu quand même une enfance heureuse dans le sens où sa famille l’a soutenu dans son parcours scolaire. L’auteur a aussi rencontré les protagonistes de son rétablissement aux USA. Il y aussi un chapitre consacré à l’histoire du pays et ses différences avec le Rwanda sans être rébarbatif, la perspective historique est essentielle pour comprendre à un niveau national la dynamique du conflit.

Souvent la victime n’est pas la bonne personne (du moins dans l’immédiat) pour poser un bon diagnostic sur le pourquoi, le comment etc. Deo revient de (très) loin et pourtant il arrive à prendre du recul. Il dépasse les débats sur le pourquoi de ces deux massacres (en France on en est resté à un « coup de sang ethnique » – qui a fait 800.000 morts). Ce garçon a vu des cadavres flottés dans les rivières, croisé des églises remplies de cadavres, abandonné un bébé vivant dans une fosse commune. Dire que cela n’a pas été facile de surmonter ces cauchemars etc. c’est un euphémisme. Une vraie et belle histoire de résilience.

billet publié dans les rubriques readings le