Mes dernières lectures

Dear Life: Stories par Alice Munro

Prix Nobel oblige les ouvrages de l’écrivaine canadienne se retrouvent en bonne position dans les librairies. Je n’avais pris le temps de la lire avant mais je connaissais de loin le style. Ce tome datant de 2012 a une marque un peu spéciale car il a des aspects autobiographiques. On n’est pas déçu.

The Song of Everlasting Sorrow: A Novel of Shanghai par Wang Anyi

Nous allons à Shanghai en 2015, je voulais goûter avant à la culture chinoise. Ce classique est un vrai bijou puisqu’il couvre la Chine avant la révolution avec ses influences européennes, la période communiste dure puis l’ouverture. Tout cela à travers la vie d’une habitante de la cité chinoise. Beaucoup de romantisme et de tristesse mais aussi un formidable destin.

War by Candlelight: Stories par Daniel Alarcón

Un autre recueil de nouvelles par un auteur américano-péruvien. Né au Pérou mais élevé aux États-Unis j’ai préféré les histoires se passant dans son pays natal. On est bien sûr frappé par la dureté de la vie dans un pays pauvre (à son époque en tout cas). Je pense maintenant lire le roman qui l’a fait connaître.

A History of the Arab Peoples par Albert Hourani

Un classique dans le domaine, et un sujet d’actualité malheureusement avec les nouveaux affrontements entre Israël et le Hamas. Cet ouvrage est sans doute destiné à un public plus académique et donc les premiers chapitres sur l’origine de l’islam et les premiers califes sont parfois durs à suivre. Il faut dire aussi que nous sommes peu exposés à l’histoire de Moyen-Orient, cela semble bête mais pour nous la distinction ouest/est n’est la même que quand on prend le point de vue géographique de cette région. Mais j’ai beaucoup appris sur la religion mais aussi sur la dynamique entre les nations et les différents courants. L’importance de l’Egypte dans cette région, les trois zone d’influence arabe, la position centrale de la Syrie, la relation avec les minorités juives et chrétienne de la region.

The Trouble with Brunch: Work, Class and the Pursuit of Leisure par Micallef

La première moitié du livre me semblait confuse. Sous le couvert du rituel qu’est devenu le brunch l’auteur nous parle de sa transition entre une enfance passée dans le milieu ouvrier de Windsor vers la classe moyenne de Toronto. Cela m’a permis d’en savoir plus sur le cœur industriel ontarien mais je ne voyais pas trop où il voulait en venir. Mais la deuxième partie est plus intéressante. L’auteur décline la plupart des invitations pour aller bruncher car l’expérience est devenue trop artificielle. Il parle d’un nouveau mouvement à Portland qui essaie de retrouver l’esprit de ce repas dominical en organisant des brunchs maison ou en suivant des règles strictes (repas court sans file d’attente avec un groupe restreint). Il en profite pour aborder un sujet qui m’est cher : cette ambiguïté qu’on retrouve dans le mouvement écologique, bio urbain. A vouloir défendre une agriculture bio, un accès à des produits locaux et achetés sur un marché de quartier on désert le cause au final. D’un point de vue écologique il est préférable que vos tomates soient transportées par des camions et distribuées dans un Walmart qu’acheminées en petites quantités par votre fermier. L’autre sujet plus actuel est celui de la densité urbaine où on préfère l’esthétisme des petits immeubles limités à 3 ou 4 étages mais qui favorise une faible densité et donc et rendent compliqués les transports en commun.

billet publié dans les rubriques readings le