New York Trilogy, Paul Auster

Bien que Paul Auster soit très connu, notamment en France, je n’avais pas eu l’occasion de le lire beaucoup. A vrai dire, une seule fois, il y a très longtemps (tout est relatif, je n’ai que 26 ans …), on m’a offert un de ces romans. Pour être honnête, je ne me rappelle plus ni du titre ni de l’histoire. Mais je me souviens encore de l’effet qu’il m’avait fait. Non pas qu’il ai changé ma vie, mais il m’avait fait rêvé. J’apprécie les romans de science-fiction pour le subtil mélange qu’il peut y avoir entre la prospective très technique et les effets sur la société. Avec Paul Auster, j’avais souvenir d’histoires très éthérées. David K. m’a offert ce recueil de nouvelles (« New York Trilogy ») lors de son passage à Toulouse. Difficile de dire de laquelle de ces trois nouvelles celle qui m’a le plus emballé.

La première est la plus étrange : un écrivain est embarqué malgré lui (pas tant que ça quand même) dans une filature après un « faux numéro ». Ce dernier provient de la femme d’un héritier de la bourgeoisie new yorkaise. Celui-ci a été enfermé pendant des années dans une pièce par son père, professeur d’université à la recherche du vrai sens des mots …L’écrivain devra suivre le père après sa libération de prison et prévenir tout geste de vengeance envers son fils. C’est à ce moment-là que l’histoire prend une tout autre tournure, l’écrivain perdant peu à peu la distance avec la réalité.

La seconde histoire est plus perverse. Un jeune détective, prometteur et presque fiancé, se voit confier une affaire somme toute classique : la surveillance d’un homme ordinaire dans un quartier tout de ce qui a le plus ordinaire. Petit à petit le détective, devant le total désintérêt que peut lui inspirer la vie de l’espionné, commence à se questionner lui, les motivations de son client, celles de l’espionné. Le temps passe, la situation dégénère …

La troisième nouvelle, ma préférée, est plus intime. Un journaliste est contacté par la femme d’un ami d’enfance. Ce dernier a disparu quelques mois plus tôt et sans nouvelle de sa part, elle lui demande de s’occuper des manuscrits laissés derrière lui. Commence alors un retour sur cette très forte amitié qu’a lié les deux hommes pendant leur enfance et leur adolescence. Son ami d’enfance était l’enfant prodige, réussissant tout ce qu’il entreprenait tout en restant généreux. Le journaliste tombe amoureux de la veuve, fait publier les écrits qui connaissent un certain succès. Mais il reste hanté par l’ombre du disparu… Cette histoire m’a beaucoup plu. Elle n’est pas aussi noir que les autres, le protagoniste est un homme honnête qui connaît ses faiblesses tout en sachant faire preuve d’audace, il sera transformé par l’amour et saura éviter la descente aux enfers que provoque le contact avec les démons du passé.

Billet publié dans les rubriques Lecture le