Nos phobies économiques: Ces peurs que l'économiste guérit mieux qu'un psy - Alexandre Delaigue et Stéphane Ménia

phobiesVous le savez je suis un fan du blog éconoclaste, cela fait maintenant quelques années que je suis ce duo d’économistes français depuis le temps du groupe de discussion fr.soc.economie sur Usenet. Non pas que je sois d’accord avec tout ce qu’ils pensent mais si vous vous intéressez un tant soit peu à l’actualité économique je dois dire que la lecture de leur billets est indispensable.

Je n’ai aucune qualification pour juger des affirmations économiques mais le livre ne peut que vous faire réfléchir. Habitant l’Amérique du Nord depuis 4 ans maintenant, j’ai été confronté à des idées, des points de vus inconnus jusque-là. J’en avais connaissance avant de venir car à l’âge d’Internet, il est facile de consulter les sites étrangers mais cela ne vaut pas l’expérience sur le terrain. Un exemple? Le mouvement politique «libertarien » (en l’absence d’un meilleur terme). Inexistant en Europe il a connu une certaine popularité aux USA avec des représentants comme Ron Paul et le Tea Party. Bien que moins répandu au Canada il est quand même présent. Il serait facile de les prendre pour des fous mais étant donné la difficulté des États à résoudre depuis très longtemps certains problèmes, ils rencontrent une certaine reconnaissance.

Donc pourquoi acheter ce livre? Disons que c’est un bon moyen d’avoir un aperçu des sujets dont on parle souvent et l’éclairage donné par Alexandre Delaigue et Stéphane Menia est particulièrement complet sur les questions abordées. Et celles-ci sont vastes : le pouvoir d’achat, la décroissance, l’immigration, les banques, le gratuit ou encore les épidémies. Que des sujets « chauds » donc.

Ce qui est le plus intéressant c’est qu’ils offrent une synthèse des arguments courants sur tel ou tel sujet. Par exemple sur la décroissance, la peur du chômage (qui je crois paralyse complétement la politique économique française depuis les années 80) ou encore l’assurance-maladie. Mais ce n’est pas qu’un travail de déconstruction car au-delà des réfutations des idées très médiatique mais souvent fausses les auteurs nous offrent d’autres pistes de réflexion comme par exemple sur l’assurance-maladie.

Sur certains chapitres la qualité du texte m’a rappelé celle de Paul Krugman du temps de sa chronique « The Dismal Science » sur Slate.com, on se sent plus intelligent après les avoir lus :)

Le livre est disponible au format électronique sur Kindle, donc aucune excuse pour ne pas se le procurer.

billet publié dans les rubriques readings le