Shanghai Homes: Palimpsests of Private Life, Jie Li et Winesburg, Ohio par Sherwood Anderson

imageJ’ai pour habitude de ne pas trop m’attarder devant les classements de fin d’année mais celui de The Guardian sur les livres à propos des villes à éveiller mon intérêt. Nous allons passer une semaine cet été à Shanghai et au lieu de lire un livre de tourisme habituel, j’ai pensé à lire un livre sur l’histoire de la plus grande ville chinoise. Bien qu’elle ait une mauvaise réputation pour son côté « Dubaï », cette ville portuaire a une histoire ancienne.

L’auteur nous propose de découvrir les deux «alleyway » de sa famille paternelle et maternelle. Ces ruelles sont caractéristiques de Shanghai, je devrais dire « étaient » car elles sont été détruites dans les années 2000 pour faire place à de nouvelles habitations. Dans les deux cas elles ont été construites dans les années 30 par des compagnies étrangères qui étaient à l’époque propriétaires de concessions dans la ville. Ces maisons unifamiliales abritaient des cadres de sociétés britannique et japonaise dans le cas des familles de Jie Li. Les trois époques sont décrites séparément : avant la révolution, la période communiste dure et enfin après les années 70 jusqu’au déplacement des familles au début des années 2000. Ce livre est une bonne fenêtre sur l’évolution de la société chinoise. Après la révolution une famille occupait une pièce dans chaque unité et donc celle-ci pouvait abriter 3 ou 4 familles. Tout le monde se surveillait bien sûr et même étant loin des grands épisodes de l’histoire sa famille a connu les conséquences. Le simple fait d’avoir été soupçonné forçait le maître de la famille à devoir aller travailler en campagne pour supporter la grande marche en avant. Derrière ce sont les femmes qui, laissées toute seules, devaient faire vivre la famille. Les lieux, la famille sont bien sûr décrits mais aussi les objets de la vie de tous les jours et comment était organisée la vie dans ces micro-communautés.

image

Ce classique de la littérature américaine du 20ème siècle est un recueil de nouvelles sur cette ville imaginaire du « Midewest » : Winesburg, Ohio. Nous sommes au 19ème siècle il y a encore un petit côté ville à la frontière de la conquête de l’Ouest. L’histoire est centrée sur la vie de Georges Willard, journaliste en herbe qui rêve de faire carrière dans la grande ville, Cleveland ou Columbus. Chaque nouvelle décrit un des personnages qui a des racines dans cette région ou comme beaucoup ont atterri là pour « se refaire » après un échec, un scandale dans une autre région. Chaque protagoniste va se confier au reporter, chaque vie décrite n’a pas suivi la trajectoire envisagée mais il n’y a pas de tristesse. Il y a un point commun dans chacune de ces histoires : aucun personnage n’arrive à exprimer ses sentiments directement, tout reste dans le suggéré ou le non-dit. Une belle description de l’Amérique rurale.

billet publié dans les rubriques readings le