Talleyrand Le prince immobile - Emmanuel de Waresquiel

couverture du livre Ce livre qui est une biographie du prince de Talleyrand est aussi un rattrapage de cours d’histoire. Le personnage est mort à 84 ans ce qui est presque exceptionnel pour l’époque. Avec une si grande longévité et une époque aussi trouble que la France de ‘l’après-révolution, on est étonné du parcours. Il a connu l’Ancien Régime, la Révolution, Le Directoire,Le Consulat, L’Empire et  deux Restaurations ! Bien sûr il a connu aussi l’exil, des périodes de traversée du désert mais il a sû rester influent et intervenir aux bons moments, surtout au congrès de Vienne.

L’homme a mauvaise réputation. L’auteur revient souvent sur l’image donnée par les contemporains (dont Chateaubriand) et ses précédents biographes : un opportuniste qui n’a pas conscience et qui est capable de n’importe quelle trahison dont celle de son pays. C’est ce qui m’a un peu irrité : n’étant pas aussi imprégné des préjugés sur l’homme j’en ai trouvé la réhabilitation par l’auteur un peu forcée. C’est même étonnant de la part d’un historien d’utiliser autant de jugement définitif. D’accord c’est une biographie mais celle de d’Andrew Carnegie ne m’avait pas surpris par une admiration aussi déclarée.

L e texte est bien écrit, les chapitres bien dimensionnés afin ne pas perdre le fil de l’histoire d’une vie somme toute compliquée. Talleyrand est connu pour ces bons mots, on en profite bien. Finalement c’est un homme “charnière” : il a connu l’Ancien Régime et l’entrée de la France dans une époque moderne.

billet publié dans les rubriques readings le