Les applications mobiles dans ma valise

Voici quelques applications utilisées lors de notre dernier périple en Asie. Nous avons visité Bangkok, Shanghai et Séoul. 3 villes dans des pays aux niveaux de vie différents. Nous avons pu dans chaque pays utiliser notre cellulaire (un iPhone 6 sans verrouillage opérateur) avec des offres data dédiées :

· Thaïlande : paradoxalement c’est le pays où la qualité de service et le prix étaient les meilleurs. Nous avons utilisé l’offre de DTAC : pour 600 bath (22 $) on a 4Gb pour deux semaines. Nous avons pris les cartes directement au comptoir (argent comptant seulement), après 40 manipulations réalisés en 14 secondes par l’employé, le téléphone était paramétré pour être utilisable. Si jamais vous rencontrez un problème avec la relève du courriel etc. le meilleur moyen est de réinitialiser les paramètres réseaux (Paramètres > Général > Réinitialiser > Réinitialiser les réglages réseaux), dans mon cas cela a résolu tout problème de connexion que je pouvais avoir.

· Chine : c’est un peu plus difficile. Il y a la question de la compatibilité des appareils. Notre iPhone 6 a le mérite de pouvoir utiliser la 3G (certains modèles US sont compatibles avec le réseau LTE). L’opérateur China Unicom vends des cartes data (à l’aéroport ou dans des magasins, préférez ceux de l’opérateur car l’activation se fera sans avoir à appeler un service à la clientèle). Attention il existe des forfaits data avec « roaming » national. En effet comme on peut avoir la distinction national / international avec nos opérateurs, il existe une différence entre les différentes provinces chinoises. Donc le forfait data que vous achetez à Shanghai ne sera pas valable à Beijing. Comptez environ 30$ pour 2Gb. Ce n’est pas beaucoup mais…. De toute façon, et pour résumer, l’accès internet est pourri. Vous allez sans doute devoir utiliser un VPN pour accès aux services de Google, Facebook et autres (on a pris un abonnement à 12.5$ chez ExpressVPN) et même si le WiFi était présent dans pas mal d’endroits, la vitesse est très lente dans la plupart.

· Corée du Sud : c’est ici qu’on a été le plus surpris par le prix. Le pays a la réputation d’avoir un des meilleurs taux de pénétration et de vitesse pour l’accès à Internet mais concernant les forfaits data pour cellulaire c’est le plus cher des trois pays. Nous avons réservé via Internet une carte SIM à l’aéroport chez EG SIM Card, 10$ pour la carte SIM et 22$ pour 1Gb. Mais il y a une subtilité (je pense que la personne à l’aéroport a pas fait l’opération pour nous donc attention…). Le crédit initial de 20k KRW sur le compte s’applique à la voix. C’est à vous de basculer ce crédit vers le data … sur un site web à l’interface pas très « friendly ». Pour un top-up, la même logique s’applique : il faut acheter un crédit voix puis le transférer sur le data …

Pourquoi utiliser son cellulaire? Les guides de voyages papiers ne sont plus vraiment utiles. Autant Yelp était absent de ces trois pays, Foursquare a été très précieux. Non seulement vous pouvez trouver des avis provenant de touristes (du moins en anglais) mais aussi pas mal d’avis locaux. Bien sûr la langue est une barrière dans ce dernier cas mais la note attribuée et les photos aident beaucoup, celles-ci permettant à l’occasion de commander en montrant les plats.

Pour le transport (public), Google Maps était bien sûr une aide considérable. Bien qu’en Chine nous avons pu avoir un aperçu des futures cartes Apple car en Chine elles étaient de très bonnes qualité avec notamment les sorties de métro :

plan

En Corée, nous avions dû mal à trouver certains endroits car les recherches dans les deux fournisseurs se faisaient non pas sur les adresses mais sur le nom des établissements, cela peut porter à confusion à chaque fois.

Bien que nous n’avions pas de guide voyage dans nos valises nous avons acheté la version « pro » de l’application de voyage Triposo. Elle offre bien sûr le contenu classique sur les destinations. L’interface est agréable (bien qu’un peu confuse). Elle permet de télécharger le contenu pour consultation « offline ». Enfin elle agrège du contenu de différentes sources. Nous avons utilisé une fonctionnalité intéressante qui permet de créer des « city walks » à partir d’une liste d’attractions sélectionnées. Il existe aussi des circuits présélectionnés par des utilisateurs.

Pour finir, un mot sur le taxi. En Chine et Corée nous n’avons pas eu à l’utiliser car le réseau de métro était vraiment très accessible et nous étions hébergés dans des quartiers très centraux. Bangkok peut être plus difficile … Nous avons utilisé Uber qui fonctionne comme dans d’autres villes bien que les chauffeurs soit moins habitués et GrabTaxi, une app qui couvre quelques pays en Asie. Le paiement se fait toujours auprès du chauffeur comme dans un taxi classique mais le montant est prédéterminé avant en spécifiant les points de départ et d’arrivée. Cela règle la question des problèmes de « négociations » avec le chauffeur avant. Comme avec Uber il y a plusieurs mode/niveaux de service. Du taxi classique au véhicule de luxe.

billet publié dans les rubriques everything-else, gadget le